Benjamin Graham, l’investisseur activiste (avril 2010)

De nos jours, les investisseurs activistes sont une espèce bien connue sur Wall Street. L’activisme de ces investisseurs consiste à faire pression sur la direction d’entreprises sous-évaluées en Bourse dans le but de les forcer à créer davantage de valeur pour leurs actionnaires. Les critiques publiques contre la direction et les batailles de procuration (proxy battles) sont des armes couramment utilisées par des activistes tels que Carl Icahn ou T. Boone Pickens. Ces investisseurs ont plutôt mauvaise presse. Ils sont souvent perçus comme des requins de la finance cherchant à faire un coup d’argent rapide tandis que les dirigeants des sociétés ciblées sont perçus comme de pauvres victimes. Bien des gens seraient peut-être surpris d’apprendre que le premier véritable investisseur activiste de Wall Street ne fut nulle autre que le père de l’analyse fondamentale, le réputé et très honorable Benjamin Graham !

Nous sommes en 1926. Ben Graham est activement à la recherche de titres sous-évalués pour son “partnership”. En fouillant les données de l’Interstate Commerce Commission lors de recherches sur les sociétés de chemins de fers, il découvre des informations stupéfiantes sur les sociétés de pipeline. Celles-ci possèdent des quantités importantes d’obligations de grande qualité de compagnies de chemins de fers. Dans certains cas, la valeur de ces obligations dépasse la valeur en Bourse de la société de pipeline! Étonnamment, ces informations ne sont pas divulguées par les pipelines dans leurs communications avec leurs actionnaires. Graham réalise qu’il vient de découvrir un trésor et se met à acheter des actions de la Northern Pipeline qui se transigent à 65$, verse un dividende de 6$ et détient pourtant 95$ par action d’obligations.

Naïvement, Graham croit qu’il sera facile de convaincre la direction de redistribuer cet argent aux actionnaires sous forme de dividende spécial. Il prend donc rendez-vous avec les dirigeants, mais ceux-ci opposent un fin de non-recevoir assez catégorique à sa demande. Têtu, Graham présente néanmoins une motion en ce sens à l’assemblée annuelle de la Northern Pipeline en janvier 1927. Encore une fois, il essuie une rebuffade un peu humiliante (sa motion échoue, car il n’a aucun allié dans la salle pour la seconder!). Frustré, Graham refuse d’abandonner et décide de mieux s’organiser. Il passe l’année 1927 à solliciter l’appui des autres actionnaires de la Northern Pipeline. L’actionnaire le plus important est la fondation Rockfeller avec 23%. La Northern Pipeline est l’une des 34 sociétés résultant du démantèlement forcé de la Standard Oil de John D. Rockfeller. La fondation refuse d’appuyer Graham et se range officiellement derrière la direction.

Janvier 1928. Graham et son groupe détiennent des procurations représentant 38% des actions. Ils obtiennent donc facilement deux sièges au conseil d’administration. Quelques semaines plus tard, la direction change son fusil d’épaule et décide de distribuer l’argent aux actionnaires. Des pressions de la fondation Rockfeller ne seraient pas étrangères à cette décision… Au final, les actionnaires recevront une distribution spéciale de 110$ par action. Pas mal du tout pour une action qui végétait aux alentours de 65$… Merci monsieur Graham !

Source : Benjamin Graham, The Memoirs of the Dean of Wall Street. Chapitre 11, “The Northern Pipeline Contest”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s